La rage en France et dans le monde

La rage est à l’origine de quelque 55 000 décès annuels dans le monde, le plus souvent suite à une infection transmise par un chien enragé. Chaque année, environ 17 millions de personnes reçoivent un traitement après l’exposition à des animaux chez lesquels on soupçonne la rage. D’après l’OMS, « l’évaluation montre que cette charge pour la santé publique pèse en grande partie sur l’Asie (avec une estimation de 31 000 décès par an), bien que l’estimation pour l’Afrique (24 000 décès par an) soit beaucoup plus élevée qu’on ne le pensait au départ. »

La rage animale est présente sur tous les continents sauf l’Australie, dans tous les pays du monde sauf Barheïn, Caraïbes (sauf Cuba et Haïti), Chypre, Danemark, Espagne, Finlande, France, Gibraltar, Grèce, Indonésie (Bali), Irlande, Islande, Japon, Koweit, Malte, Ile Maurice, Norvège, Nouvelle-Zélande, Iles du Pacifique, Papouasie, Nouvelle Guinée, Portugal, Royaume Uni, Seychelles, Suède, Réunion,Taïwan.

La rage est endémique, c’est à dire qu’elle sévit régulièrement dans certaines régions d’Europe. Elle peut parfois atteindre le stade épidémique.

 

En France

Aucun cas de rage humaine acquise sur le territoire français métropolitain n’a été rapporté depuis 1924. En 2008, un cas humain probablement suite à une morsure de chauve-souris a été rapporté en Guyane. Des cas humains acquis hors du territoire français et diagnostiqués en France ont été aussi recensés. Des précautions sont donc à prendre vis à vis des animaux sauvages et domestiques pour les voyageurs en zone d’endémie : Asie, Afrique, Europe Centrale, Moyen-Orient, Amérique du Sud…

S’il n’y a plus de cas de rage en France, c’est parce que des campagnes de vaccination des renards ont été menés : des appats vaccinales ont été utilisés.

En 2004, un homme a rapporté un chien enragé du Maroc. L’homme était allé dans de nombreux festivals accompagnés de son chien, de nombreuses personnes y ont donc été exposés.

 

La vaccination des animaux contre la rage

La vaccination s’effectue à partir de l’âge de 3 mois en une injection ; le rappel doit être annuel. A l’issue de la vaccination antirabbique, le vétérinaire remet au propriétaire une attestation conforme au modèle défini par arrêté ministériel.

Lors d’une primovaccination, ou en cas de retard de rappel annuel, le certificat délivré n’est valable qu’un mois après la date de l’injection. Il est donc indispensable de prendre ses dispositions assez tôt, en cas de départ en vacances par exemple.

La vaccination est obligatoire dans les cas suivants :

  • Chiens et chats introduits dans un camping ou un centre de vacances ;
  • Chiens et chats introduits en Corse ;
  • Chiens et chats entrant ou sortant de France métropolitaine ;
  • Chiens et chats présentés dans un concours ou une exposition situés en zone infectée ou provenant d’une zone infectée ;
  • Lévriers participant à une course publique.

Le tatouage de l’animal est par ailleurs obligatoire dans tous les cas cités ci-dessus.

Dans les autres cas, la vaccination est vivement recommandée, car la vaccination régulière des animaux domestiques assure une protection indirecte de l’homme.

Comment la rage se transmet-elle ?

Le virus est transmis à l’homme par la salive d’un animal atteint de rage : soit lors d’une morsure ; soit lors d’une griffure ou d’un léchage sur une blessure, une lésion cutanée récente ou une muqueuse. Le virus ne traverse pas la peau saine. Il est important de savoir que la salive de l’animal atteint contient du virus rabique une semaine avant l’apparition des signes de la maladie.

Quels sont les signes de la maladie chez l’homme ?

Les signes sont très variables. Il s’agit d’une encéphalite, c’est à dire une infection du cerveau, qui peut se présenter sous deux formes :

  • une modification du comportement
  • des troubles de la conscience pouvant aller jusqu’au coma
  • plus rarement des troubles moteurs (engourdissement d’un membre, paralysie) ou des difficultés pour parler.

Combien de temps s’écoule-t-il entre la morsure « contaminante » et l’apparition de la maladie chez l’homme ?

L’incubation chez l’homme est de durée variable, en moyenne de 30 à 45 jours. On a observé des cas avec une incubation plus courte chez des personnes qui avaient été massivement contaminées lors de morsures multiples au visage ou au cuir chevelu, ou inversement très longue.

Comment inactiver le virus ?

C’est un virus fragile, il ne peut survivre que très peu de temps à l’extérieur de l’hôte et est détruit par :

  • la chaleur (15 min à 50°C),
  • la lumière,
  • les UV,
  • la dessiccation lente (partiellement).

Il est inactivé par :

  • l’éther,
  • le chloroforme,
  • l’eau de Javel,
  • les solutions savonneuses,
  • le formol.

Il est par contre résistant à la putréfaction et peut-être conservé par le froid, la lyophilisation et la glycérine à 50%.

 

Quelle conduite à tenir en cas de rage ?

Animal non disponible -> Traitement antirabique mené jusqu’à son terme (Envers le blessé)

Animal disponible mort -> Acheminer par la direction des services vétérinaires l’encéphale de l’animal dans un laboratoire agréé pour analyse et Envers le blessé Traitement antirabique à interrompre si analyse négative

Animal vivant non suspect -> Mise sous surveillance vétérinaire de l’animal, Examens à J0, J7, J14 et Envers le blessé Décision de traitement différé

Animal vivant suspect -> Mise sous surveillance vétérinaire de l’animal, Examens à J0, J7, J14 et Envers le blessé Traitement antirabique immédiat (interrompu si la surveillance vétérinaire infirme les doutes initiaux).

 

En cas de morsure, immédiatement désinfecter la plaie. Se rendre au centre antirabique le plus proche et se faire vacciner.

 

Le 28 septembre 2014 aura lieu la Journée mondiale contre la rage, organisée par le ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt (Direction générale de l’alimentation) et l’ANSES. Les risques d’introduction de la maladie sont toujours présents  en France.

 

Sources : http://www.chambon.ac-versailles.fr/science/sante/immu/rage.htm

http://www.pasteur.fr/fr/institut-pasteur/presse/fiches-info/rage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Website